vendredi 5 novembre 2010

De Sofia a İstanbul.

Vendredi 5 Novembre, jour 60.

Nous sommes arrives a Sofia completement epuises. Nous avons voyage toute la nuit pour quitter la Serbie dans le delai de 24h qui nous etait impose, dans des bus pas franchement confortables. De plus, nous avons besoin de nous remettre de nous remettre de nos emotions liees a ces 5 jours que nous avons passes en prison. La fatigue et la joie d'etre enfın libres nous rend euphoriques. Nous rions pour un rien. Nous decidons de prendre une chambre d'hotel pour nous reposer. Nous marchons vers le centre de Sofia et tombons sur un call center d'ou nous pouvons enfin donner des nouvelles a nos familles qui devaient commencer a s'inquieter. En sortant, nous voyions un hotel au fond de la courree. Il n'a pas l'air bien cher vu d'ici. Nous y montons pour nous renseigner. Les chambres sont a 25 euros mais nous sommes hors saison. Nous la negocions donc a 15 euros et ca marche! Nous nous installons dans la chambre et nous effondrons sur nos lits. La fatigue a raison de nous et nous dormons jusqu'au milieu de l'apres midi.



Nous sortons ensuite nous promener un peu. Nous deambulons au hasard des rues. Nous croisons un marche et flannons au milieu des etals de fruits et legumes. Nous passons devant des eglises orthodoxes, des eglıses chretiennes, une synaguogue et de nombreuses mosquees. İci comme a Sarajevo, quatre religions sont representees dans un petit perimetre.
La synaguogue est splendide, surtout qu'il commence a faıre sombre et que la facon dont elle est eclairee la met encore plus en valeur. Nous passons dans un joli marche couvert ou nous achetons de quoi diner et rentrons dans notre chambre. Ca nous fait vraiment un drole d'effet d'avoır une chambre pour nous. Ca faisait tellement longtemps que nous ne nous etions pas sentis chez nous.


Le lendemain, nous nous reveillons tard et nous sentons que nous avons besoin de plus d'une nuit pour nous remettre. Nous descendons negocier avec le gerant de l'hotel. Nous lui disons que nous voulons rester mais seulement s'il nous laisse la chambre a 10 euros la nuit. En cette saison, il se retrouvera avec une chambre vide s'il refuse et il accepte logiquement notre proposition. Pour une chambre d'hotel en centre ville de Sofia, capıtale de la Bulgarie, c'est vraiment un tres bon prix! Tout heureux de pouvoir nous promener sans nos sacs sur le dos, nous partons a la recherche du quartier touristique, alors que la neige tombe autour de nous. Nous decouvrons que nous logeons a seulement quelques centaines de metres du centre historique. Cet hotel est vraiment tres bien place. Nous parcourons des rues aux pavees jaunes qui leur donnent un aspect tres joli, dans un style viennois. Dans le centre, nous voyions des batiments gigantesques qui datent de la periode sovietique de Sofia, et qui arborent un style socialiste tres classique. Nous voyions egalement d'autres batiments datant des autres periodes de l'histoire de la ville, a savoir la periode Ottomane, jusqu'en 1879, ou de l'empire Bulgare durant laquelle la cite s'est beaucoup modernisee.



video

 
Nous decouvrons egalement la Cathedrale St Alexandre, la plus grande cathedrale orthodoxe, magnifique avec ses domes dores mais si sombre a l'interieur. Entoures de batiments modernes, nous tombons sur l'eglise st Georges, petite eglise romane datant du 4e siecle. Nous croisons egalement une magnifique eglise russe nommee l'Eglise de St Nicholas le faiseur de miracles, d'une taille modeste mais dans un style tres fin, aux couleurs blanches et vertes et aux coupoles dorees.
Nous restons ensuite encore une nuit de plus et pouvons donc profiter de la ville une journee supplementaire. Nous nous sommes alors promenes dans les quartiers moins touristiques, nous impregnant de la ville, de l'architecture de ses batiments plus communs. Ce jour la nous sommes aussi tombes sur le Theatre Natıonal İvan Vazov qui est le plus vieux theatre de Bulgarie. Nous nous sommes promenes a l'interieur du campus de l'universite de Sofia, situee dans un tres imposant batiment.



Apres 3 nuits dans cet hotel, nous nous sentons vraiment beaucoup mieux. Ces deux journees a faire tourisme nous ont reconcilie avec notre voyage. Ce matin, il fait un tres beau. Le ciel est bleu et le soleil nous rechauffe malgre le froid sec qui s'est installe. Nous nous remettons en route. Nous cherchons le bus qui pourra nous emmener a la sortie de la ville pour pouvoir faire du stop vers Plovdiv, notre prochain objectif. Tous les panneaux sont en alphabet cyrilique ce qui rend l'orientation vraiment complexe. De plus, le reseau de bus a Sofia est tres dense. İl est donc tres difficile de s'y retrouver. Nous prenons un premier bus, puis un second mais il semble que nous ayons fait fausse route avec le second. Nous corrigeons cette erreur en marchant deux ou trois kilometres et nous retrouvons sur la trois voies qui sort de Sofia. Nous tentons de faire du stop sur cette route mais les voitures roulent trop vite.
İl semblent que le stop ne soit pas facile en Bulgarie car les regards des automobilistes ne sont pas engageants. Un bulgare parlant francais nous confirme cette intuition en nous affirmant que le stop est impossible en Bulgarie. Nous ne voulons pas abandonner si vite et attrapons un bus qui passe pouvant nous emmener plus loin vers la sortie de la ville. Nous sortons de ce bus trop tot et devons encore marcher 3 kilometres avant de pouvoir retenter de faire du stop. Nous arrivons a un petit restaurant sur le bord de l'autoroute. Nous demandons aux gens s'ıls vont a Plovdiv et si ils peuvent nous emmener mais ils sont assez reticents. Nous finissons par convaincre deux jeunes mais nous devons insister un peu pour qu'ils acceptent.



Ils nous deposent a un carrefour ou un panneau indique Plovdiv a 1km. Nous marchons donc vers la ville. Vu d'ici, Plovdiv a l'air tres moche. Nous ne voyons que les immeubles delabres des quartiers peripheriques. Les premiers batiments ont l'air de se situer a bien plus qu'un kilometre. Nous continuons a marcher mais la ville met bien du temps a arriver. Nous commencons a soupconner qu'un zero ait ete efface de ce panneau lorsqu'un bus passe. Nous y montons. Nous demandons a un passager sı ce bus va au centre ville. İl semble nous indıquer que nous sommes dans le bon bus mais se renseigne autour de lui. İl cherche quelqu'un parlant anglais pour nous aider. Sympa! Un jeune deboulle du fond du bus et viens s'assoir avec nous. İl s'appelle Simeon, vit a Plovdiv et etudie dans une universite İnternationale. Son anglais est donc excellent. İl nous confirme que nous sommes dans la bonne direction et nous propose de nous faire visiter la ville. İl a travaille comme guide pendant l'ete et connait donc Plovdiv parfaitement. Nous acceptons naturellement cette si gentille proposition.


Nous attendons Darina, sa copine, et nous partons ensemble pour une visite, de nuit, de Plovdiv. Nous ne voyons pas grand chose car il fait noir mais au moins nous saurons ou aller le lendemain. Nous passons prendre de quoi diner et achetons une bouteille de biere que nous voulons partager avec nos deux amis. Sur le chemin, nous croisons deux soeurs canadiennes venues de Vancouver, qui cherchent leur hotel. Elles ont l'air pommees et Simeon se proposent de les aider. Avant ca, elles se joignent a nous et nous allons dans le parc du Tsar Simeon pour boire la biere. Nous passons un agreable moment et nos deux guides semblent ravis de passer une soiree avec quatre etrangers. Nous discutons avec les deux canadıennes de nos souvenirs du Canada (Tim et moi avons passe 5 semaınes en Colombie Britannique, dans la region de Vancouver, en 2006). Nous commencons a grelotter et nous remettons donc en route a la recherche de l'hotel des deux soeurs. Ca nous prends pas mal de temps mais finissons par trouver. Nous repartons ensuite avec Simeon et Darina vers un parc surplombant la ville, ou nous pourrons dormir sans etre vus. Nous y plantons notre tente et y passons une bonne nuit, malgre les hurlements d'un type semblant bien alcoolise, a quelques metres de la tente!


Le lendemain nous avons une tres agreable surprıse en nous reveillant car nous n'avions pas vu le parc la veille, dans le noir. Nous dominons toute la ville de la ou nous sommes. Nous sommes dans les ruines de ce qui semble etre un chateau surplombant jadis la ville. İl fait tres beau et faisons secher la tente, jouant de la guitare en patientant. Nous bouclons nos sacs et partons decouvrir la ville de jour. Nous faisons le parcours que nous avait indique Simeon la veille. Nous decouvrons une ville magnifique. İl s'agit de la plus vieille ville d'europe car son origine est datee du IIe millenaıre avant JC. Nous voyons de nombreux vestiges de sa periode romaine, amphitheatres, bains, ... Les batiments qui composent son centre historique et le centre ville sont de plusieurs styles car ici se sont succede a travers les ages les influences romaines, byzantines, slaves et sovietiques. La ville est donc magnifique, du moins en son centre, et nous sommes etonnes vu l'impression que nous en avions la veille en la voyant de loin.


Apres avoir visite la ville, nous nous dirigeons vers la gare afin de nous renseıgner sur le prix du train pour istanbul. Nous sommes sceptiques sur nos chances de faire du stop vu notre experience de la veille. De plus, notre prochaine etape nous fera traverser la frontiere turque ou les controles sont importants. Nous avons peur que cet element refroidisse encore d'avantage les automobilistes bulgares, deja peu enclins a prendre des auto-stoppeurs. Deux jeunes nous accompagnent gentıllement jusqu'a la gare que nous avions du mal a trouver (les panneaux sont encore en cyrilique...). A la gare, on nous renvoie vers un bureau situe plus loin sur le boulevard, charge du trafic international. Le train est tres bon marche et nous optons donc pour cette solution. Nous nous promenons encore dans la ville en attendant l'heure de notre depart. Nous rencontrons deux etudiants, Martin et Taduko, l'un allemand, l'autre Japonais, en annee Erasmus a İstanbul, en voyage en bulgarie pour "rafraichir" leurs visas. İls prendront le meme train que nous car ils rentrent maintenant a İstanbul. Simeon passe a la gare juste avant notre depart pour nous dire au revoir.


Dan le train, nous rencontrons Lorraine, une australienne en voyage autour de l'Europe depuis trois mois. Nous picolons avec elle, Martın et Taduko, mettant en commun les quelques victuailles que nous avions chacun amene dans le train. Nous rencontrons ensuite un groupe de six etudiants amerıcains etudiant egalement a İstanbul. Nous passons un moment avec eux, jusqu'au passage de la frontiere Bulgare, ou nous restons une bonne heure en attendant que le traın soıt controlle. Un des controlleurs du train nous demande si nous avons prevus d'acheter de l'alcool au duty-free a la frontiere turque. İl nous donne plus de 60 euros en liquide avec pour mission de lui prendre autant de bouteilles de Jack Daniel's que nous pourrons. Ces achats sont limites a une bouteille par personne, avec controle des passeports a l'appui. Comme nous sommes nombreux, ca ne pose pas de probleme. A la frontiere turque, nous sommes arretes plus de deux heures. İl est pres de 2h du matin et nous attendons dans un bureau qu'un douanier daigne venir au guichet nous controler. Lorsqu'il arrıve, il controle chaque passeport avec zele et met un temps fou a venir a bout des nombreux passagers attendant de pouvoir aller se recoucher. Une fois retournes dans le train, celui ci ne redemarre toujours pas et un autre douanier recontrole encore tous les passeports, toquant aux portes des cabines des passagers qui s'etaient rendormis. Vers 4h du matin, le train redemarre enfin et nous allons nous coucher.


Notre train devait arrıver a 7h50 a İstanbul. İl est 9h30 lorsque nous sortons du train! Mais peu importe, nous sommes a İstanbul!!!!! Apres pres de deux mois de voyage, 3210km de stop, 540km de bus et 670km en train, nous voici a destination! Notre voyage a travers l'europe s'acheve ici car nous allons maintenant rester dans cette ville  gigantesque pour la decouvrir le temps de quelques semaines. Here we are!!!!!!!

2 commentaires: